ACTUALITÉS - IMMOBILIÈRES
Par Catherine QUINTARD, publié le 28/02/2011

A la cloche de bois ?

Imprimer l'article : A la cloche de bois ?Imprimer    |
Voter pour l'article : A la cloche de bois ?Voter (142)    |
SharePartager     |
Visite (900)

Que faire si un locataire part à la cloche de bois ?

La loi du 22 décembre 2010 a instauré une procédure spécifique permettant au bailleur de récupérer plus rapidement son logement (art.14-1, nouveau de la loi du 6 juillet 1989,en attente du décret d’application ) et ce dans le cas où le locataire quitte son logement sans prévenir... en catimini, en se cachant du propriétaire, sans laisser d'adresse, et souvent sans payer son dû.  

Le rapport avec la cloche de bois?

Le départ dit « à la cloche de bois » trouve son origine dans les rapports client-aubergiste.
Au milieu du XIXe siècle, la première version connue de cette expression était "déménager à la ficelle", en référence à la corde qui permettait de descendre discrètement ses affaires par la fenêtre, puis de passer devant l'aubergiste ou le concierge les mains vides, de manière à ne pas éveiller les soupçons lorsqu'on voulait quitter les lieux furtivement, sans payer le loyer.

Parallèlement, on utilisait aussi l’expression "à la sonnette de bois" transformé plus tard en cloche.
La cloche est un objet de métal qui fait du bruit, la cloche de bois est silencieuse et représente donc quelque chose qui se fait en cachette, à l'insu d'autrui, en douce … marquant ainsi le côté furtif de la disparition du mauvais payeur.

Imprimer l'article : A la cloche de bois ?Imprimer    |
Voter pour l'article : A la cloche de bois ?Voter (142)    |
SharePartager     |
Visite (900)