Le promoteur Hermitage réclame 8 M EUR à des locataires de La Défense

Publié par Catherine Quintard le 09/09/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Le promoteur Hermitage, filiale française du russe Mirax, réclame 8 millions d'euros à l'association de locataires "Vivre à la Défense" qui s'oppose à la construction de deux tours jumelles de 323 mètres de haut dans le vaste quartier d'affaires au nord-ouest de Paris, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier.

La plainte déposée par le PDG d'Hermitage Emin Iskenderov auprès du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris évoque "le préjudice qu'il y a lieu d'évaluer à la somme totale de 8 millions d'euros" pour le "comportement excessif de l'association Vivre à la Défense et la multiplication de ses actions en justice", selon le document dont l'AFP a eu connaissance.

"Des frais très importants sont engagés pour porter le projet qui ne peut être réalisé par la faute de l'association Vivre à La Défense que dans des conditions financièrement désavantageuses et difficiles", écrit Hermitage dans sa plainte.

Hermitage avait annoncé le 7 février qu'il avait repoussé à fin juin 2011 au lieu de fin 2010 le bouclage du financement bancaire de 700 millions d'euros, sur un total du projet de 2 milliards d'euros, car il n'avait pas obtenu "la libération foncière de tous les terrains" sur lesquels les tours, qui seraient les plus hautes de France, doivent être construites en bord de Seine.

Une dizaine d'habitants des immeubles d'habitation présents sur le site refusent de déménager, avait alors indiqué Philippe Chaix, directeur général de l'Epadesa (Etablissement public d'aménagement de La Défense Seine Arche).
Selon Hermitage, 178 familles ont été relogées depuis 2 ans et demi.
Interrogé jeudi par l'AFP, l'Epadesa n'a pas souhaité commenter la plainte d'Hermitage.