Brèves

Publié par Catherine Quintard le 01/07/2011 | Immobilières

Photo de l'article

1- Bruno Deletré a été nommé directeur général du Crédit Foncier, filiale du groupe BPCE, en remplacement de François Blancard, qui devient conseiller auprès de François Pérol, président du directoire de BPCE, selon un communiqué publié mercredi.

2- Le prix des travaux de rénovation des logements affiche une hausse modérée (+0,3 %) entre le quatrième trimestre 2010 et le premier trimestre 2011, selon l’indice IPEA élaboré par le Commissariat au développement durable (CGDD). Soit une progression de +1,5 % sur un an.

3- Les banques françaises seraient capables d'absorber les effets d'une baisse modérée des prix de l'immobilier, malgré leur exposition à ce marché par le biais des crédits à l'habitat, estime l'agence d'évaluation financière Moody's dans une note publiée ce jeudi.
Pour l'agence, "le scénario le plus plausible à court terme est celui d'un ralentissement de la croissance des prix immobiliers, voire d'une correction modérée".

"Or, la baisse des prix observée il y a peu a démontré que les banques françaises ont les moyens d'absorber un tel choc". Moody's prévient néanmoins qu'une correction plus marquée du marché immobilier pourrait accroître le niveau des pertes des banques sur les crédits immobiliers, sans qu'elles ne puissent pour autant remonter leurs marges compte tenu de la très forte concurrence qui règne sur ce marché.

4- Le ministère de l'Ecologie a interjeté appel d'un jugement du tribunal administratif de Marseille qui avait annulé en décembre un permis de construire accordé à l'animateur Michel Drucker sur la commune d'Eygalières (Bouches-du-Rhône).
Dans un courrier en date du 27 mai, la cour administrative d'appel de Marseille a en effet informé la Ligue de défense des Alpilles, à l'origine des procédures intentées contre la villa de M. Drucker, que le ministre de l'Ecologie lui avait demandé d'annuler le jugement prononcé le 22 décembre 2010.
"C'est une pratique courante", explique-t-on au ministère: "entre 300 et 350 fois par an, le chiffre des contentieux en matière d'urbanisme et d'environnement, on se pose la question de savoir si on dépose le mémoire en défense, on interjette appel, voire on se pourvoit en cassation".