ETUDE: Le Patrimoine des Ménages-2010.

Publié par Catherine Quintard le 07/12/2010 | Immobilières

Photo de l'article

1- La part des ménages propriétaires s'est accrûe de 1,4 point en six ans.

En 2010, 94,7 % des ménages vivant en France possèdent un patrimoine: 92 % détiennent des produits financiers, 61,7 % disposent d’un bien immobilier et 15,7 % ont des actifs professionnels. Et 13 % des ménages possèdent les trois à la fois.


2- Une moins grande diversification des patrimoines.


La détention de placements financiers est presque stable, mais elle cache des évolutions opposées selon le type d’actifs et un recentrage du portefeuille patrimonial financier sur quelques produits .
Ainsi, la part de ménages détenant au moins un produit de chaque type (livret d’épargne, épargne-logement, épargne-retraite, assurance-vie et valeurs mobilières) s’est réduite de 2,5 points en six ans, pour s’établir à 8,6 % en 2010.
À l’opposé, celle des ménages qui ne détiennent aucun de ces types de produits financiers est restée stable autour de 10 %.

3- Une désaffection des ménages pour l’épargne-logement.

Les produits d’épargne-logement sont ceux qui ont connu le plus net repli ces six dernières années. Alors qu’en 2004, comme en 1998, plus de quatre ménages sur dix détenaient de l’épargne-logement, ils ne sont plus que trois sur 10 en 2010.
Cette désaffection concerne quasiment exclusivement le Plan d’Épargne-Logement (PEL), détenu par moins d’un ménage sur quatre.

4- Les valeurs mobilières séduisent moins les ménages.

Un cinquième  des ménages détiennent des valeurs mobilières en 2010, contre un quart en 2004. Ce repli concerne à la fois le compte-titres ordinaire et le Plan d’Épargne en Actions (PEA). Pour la première fois depuis sa création en 1992, ce dernier recule. La crise financière et la forte chute des indices boursiers qui s’en est suivie peuvent avoir incité des ménages à se retirer de ces produits risqués et à se replier sur des produits potentiellement moins rentables mais plus sûrs.

5- Toujours plus de propriétaires

En matière de choix de portefeuille, les ménages arbitrent en faveur de placements moins risqués. Ce constat est confirmé par la légère hausse de la part de ménages propriétaires de leur résidence principale, et plus généralement d’un bien immobilier. Les détenteurs de leur résidence principale représentent 58 % de l’ensemble de la population, et les ménages possédant une résidence secondaire ou de l’immobilier de rapport 18,7 % .

Les politiques publiques destinées à accroître le nombre de propriétaires (exonération d’impôt sur le revenu pour les intérêts d’emprunt) ont pu inciter certains ménages à acheter un bien immobilier. Il en est de même pour les mesures destinées à favoriser la construction de logements (lois Robien de 2003 et Robien recentrée de décembre 2006...). Ainsi, la part de ménages propriétaires de logements de rapport a augmenté de près de 3 points entre 2004 et 2010, la progression se concentrant sur les détenteurs de logements mis en location.

Retrouver ici l'ensemble de l'étude:

www.mon-immeuble.com/analyse/etude/patrimoine-des-menages-debut-2010