Infos du monde...

Publié par Catherine Quintard le 30/09/2011 | Immobilières

Photo de l'article

1- USA: les promesses de vente de logements aux Etats-Unis ont reculé pour le deuxième mois d'affilée en août, selon des chiffres publiés jeudi par l'Association nationale des agents immobiliers américaine (NAR).
Elles ont baissé de 1,2% par rapport au mois précédent, en données corrigées des variations saisonnières, a indiqué l'Association. Les analystes tablaient sur un recul plus fort de l'indicateur de la NAR, de 1,5%, selon leur prévision médiane.

2- GB: Les prix des logements au Royaume-Uni sont restés quasi-stables (+0,1%) au mois de septembre, selon des chiffres diffusés jeudi par la banque mutualiste Nationwide, qui table sur une stabilité voire une baisse pour le reste de l'année.
Le prix moyen d'un logement dans le pays s'est établi à 166.256 livres (environ 191.000 euros) ce mois-ci, d'après le baromètre immobilier mensuel publié par Nationwide.

3- Italie: la Commission européenne a donné hier deux mois à l'Italie pour régler, sous peine de sanctions financières, les problèmes de traitement des déchets à Naples et dans sa région.
Ces problèmes seraient en partie due à la Camorra, la mafia napolitaine, soupçonnée de tirer d'importants revenus de diverses activités qui vont du trafic de drogue au contrôle du ramassage et du traitement des ordures, en passant par l'immobilier.

4-Irlande:  La National Assets Management Agency (NAMA) a revendu  pour 800 millions d'euros, les créances liées à des prêts accordés en 2005 pour acheter les hôtels Claridges, Connaught et Berkley, trois établissement de luxe de la capitale britannique.
La NAMA a été mise en place début 2010 par l'Etat irlandais, qui l'a chargée de racheter une montagne de prêts risqués accumulés par les principales banques du pays avant l'explosion de la crise du crédit, avec pour mission de les liquider progressivement.
Les pertes essuyées par les banques irlandaises à cause de ces créances ont obligé l'Etat à les renflouer à hauteur de dizaines de milliards d'euros pour leur éviter la faillite.
 

Source AFP