Jeudi : reprise du procès de l'incendie du bd Vincent Auriol

Publié par Catherine Quintard le 13/09/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Le procès de l'incendie d'un immeuble vétuste qui avait fait 17 morts dont 14 enfants à l'été 2005 Boulevard Vincent Auriol à Paris s'ouvre jeudi devant le tribunal correctionnel, après un démarrage avorté en mars du fait d'une organisation chaotique (salle du tribunal trop petite, lecture trop fastidieuse des faits par la présidente du tribunal, micro défaillant...)

"Les familles espèrent qu'on va toucher du doigt la vérité: qui a mis le feu et pourquoi?", a déclaré à l'AFP Me Jean-Marc Florand, avocat représentant plusieurs parties civiles.

Le procès n'est pourtant pas censé creuser l'aspect criminel du sinistre, puisque l'enquête n'a pas permis d'interpeller le ou les auteurs de l'incendie, dont elle a néanmoins établi qu'il était volontaire.

Seulement deux "personnes morales" seront sur le banc des prévenus: Freha (France Euro Habitat), association membre de la fédération Emmaüs qui était chargée de la gestion de cet immeuble du XIIIe arrondissement occupé jadis par la Poste, ainsi qu'une entreprise de bâtiment (Paris Banlieue construction) qui y avait effectué des travaux.

"Ce sera aussi le procès des marchands de sommeil", commente Me Tarik Abahri, autre avocat de familles de victimes, en déplorant les conditions "insalubres, indécentes" selon lui, dans lesquelles vivaient les quelque 130 occupants de l'immeuble, pour la plupart d'origine africaine (Mali, Sénégal, Côte d'Ivoire, Gambie).
L'enquête avait mis en lumière un certain nombre de "non conformités", en particulier un revêtement en contreplaqué dans la cage d'escalier, qui avait été posé pour prévenir le problème de saturnisme provoqué par la présence de plomb dans les revêtements muraux du bâtiment, datant de 1894.

Il n'y avait pas d'extincteurs, pas de plan d'évacuation de secours, un seul accès à l'immeuble de six étages, où résidaient 130 personnes.

L'affaire sera jugée cette fois en six demi-journées, sur trois semaines (les 15-16, 22-23 et 29-30 septembre).
 

Source AFP/ Photo : Me Tarik Abahri