Les investisseurs grecs cherchent un sanctuaire dans l'immobilier londonien

Publié par Catherine Quintard le 10/11/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Ils arrivent loin derrière les investisseurs du Golfe ou de Russie, mais les Grecs achètent de plus en plus de propriétés à Londres, considérant la capitale britannique comme un sanctuaire pour leurs fortunes, loin des soubresauts de la crise qui ébranle leur pays.

Alors que la possibilité qu'Athènes abandonne la monnaie unique a été ouvertement évoquée par des dirigeants européens, certains ressortissants grecs pensent d'évidence que laisser leurs avoirs chez eux est bien trop risqué, et se démènent pour les sortir de la zone euro.

Londres, où le marché immobilier est relativement stable et offre un retour sur investissement intéressant, apparaît ainsi comme une bonne alternative, selon des spécialistes du secteur.

"Les Grecs sont depuis longtemps présents sur le marché du centre de Londres, mais depuis dix-huit mois, leur nombre est en augmentation", explique Liam Bailey, de l'agence immobilière Knight Frank, spécialisée dans les résidences de haut standing situées notamment dans les quartiers huppés de Chelsea et Knightsbridge (photo).

A titre de comparaison, les Russes, premiers investisseurs étrangers à Londres, représentent 6,5% du marché. Viennent ensuite les acheteurs français, italiens et hongkongais, avec environ 3% du marché chacun.

Source: Clare Hutchinson/AFP