Meublés à Paris: la Fnaim réclame l'intervention du ministère du Logement

Publié par Catherine Quintard le 03/02/2012 | Immobilières

Photo de l'article

La section Paris-Ile-de-France de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) a demandé ce vendredi "l'intervention urgente du ministre du Logement" dans le conflit qui l'oppose à la ville de Paris au sujet des locations meublées.

"La Fnaim déplore l'absence de concertation entre les professionnels et la mairie de Paris, qui a décidé d'interdire les locations meublées de moins d'un an", indique le communiqué.
Aussi les agents immobiliers réclament "l'intervention d'urgence du ministre du Logement pour sauver ce secteur stratégique du logement à Paris et ses 2.000 emplois directs et indirects".
"Dans cette attente, je demande l'arrêt immédiat des poursuites engagées par la mairie de Paris à l'encontre des propriétaires bailleurs, dont je constate qu'elles visent en majorité des petits propriétaires-occupants, contrairement aux déclarations de la mairie" exige Gilles Ricour de Bourgies, président de la Fnaim pour la région IDF.

Les locations de meublés de courte durée à Paris ont tellement augmenté que la mairie a décidé de s'en mêler, estimant qu'ils participent à une hausse globale des prix et réduisent d'autant l'offre de logements dans la capitale, déjà en proie à une pénurie.
Elle enjoint les loueurs de se conformer à la loi qui stipule que toute transformation d'un local d'habitation pour un autre usage "doit faire l'objet d'une autorisation de la Ville".

"Contrairement à ce qu'affirme la section Paris Ile-de-France de la Fnaim, la Ville de Paris n'a jamais entendu viser les propriétaires qui louent leur appartement quelques jours ou semaines par an, mais ceux qui le louent à la nuité, à la semaine ou au mois, dans une optique commerciale", affirme de son côté la municipalité parisienne dans un communiqué.
 

Source AFP