Prêt immobilier: le président allemand sous le feu des critiques

Publié par Catherine Quintard le 05/01/2012 | Immobilières

Photo de l'article

Depuis le début de la semaine, le président allemand Christian Wulff est sous le feu des critiques, le quotidien Bild, sur lequel il est soupçonné d'avoir fait pression, l'accusant même aujourd'hui d'avoir menti lors d'une interview télévisée censée calmer les attaques qui le visent.

Mis en cause pour avoir omis de faire état d'un prêt immobilier de 500 000 euros consenti à un taux avantageux par de riches amis alors qu'il dirigeait le Land de Basse-Saxe en 2008, le président allemand a reconnu lors d'une interview télévisée, diffusée hier soir, avoir commis "une faute grave" en voulant essayer d'étouffer cette affaire.
Il avait en effet menacé le rédacteur en chef du puissant quotidien populaire Bild de rompre tous liens avec le journal s'il publiait cette gênante affaire de crédit privé.

Le journal l'accuse d'avoir menti au cours de cette intervention télévisée.
Présentant ses excuses publiques, M.Wulff a déclaré avoir juste tenté de retarder la parution d'un article sur ce prêt de 500.000 euros.
Faux, a rétorqué un responsable de Bild.
"Le président dit qu'il n'a pas voulu empêcher la diffusion des informations, nous avons clairement perçu les choses différemment", a déclaré le rédacteur en chef adjoint de Bild, Nikolaus Blome.

Les réactions des autres grands titres de la presse allemande sont toutes aussi dures.
Le président allemand dont la fonction est essentiellement honorifique, a stipulé lors de cette interview son refus de démissionner. 
Pour le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung, "la question se pose de savoir qui peut redonner du poids à la fonction du président. Wulff estime qu'il peut y parvenir mais il est bien seul à avoir ce sentiment".

Affaire à suivre...

Avec AFP/photo: M.Wulff