Brèves du mardi

Publié par Catherine Quintard le 17/05/2011 | Immobilières

Photo de l'article

1- Le maire de Bordeaux Alain Juppé a présenté lundi son ambitieux projet de centre culturel et touristique du vin, un lieu-phare dans le cadre de sa vision de Bordeaux comme une future capitale européenne.
L'édifice,  encore à l'état de maquette, est inattendu et spectaculaire : cela peut ressembler à un tourbillon géant, une carafe aux formes arrondies ou encore au mouvement ondoyant du vin que l'on sert.

L'ouverture est prévue fin 2014 sur les berges de la Garonne, dans le prolongement du quartier historique du négoce viticole bordelais.

2- Les Aquitains de 16 à 25 ans, disposant d'un bon niveau rugbystique, se verront proposer dès septembre une double formation CAP en BTP et rugby,  ce qui leur permettra de se former durant un à trois ans à tous les métiers du bâtiment.
Ce dispositif a fait l'objet de la signature d'une convention cadre lundi entre le Comité de concertation et de coordination de l'aprentissage du bâtiment et des travaux publics (CCCA-BTP), de la Fédération française de rugby (FFR) et de l'Association des régions de France (ARF).
Bâtiment et rugby sont deux secteurs qui partagent les mêmes valeurs, "respect, esprit d'équipe, courage et le sens de l'effort", a noté pour sa part Pierre Camou, le président de la FFR.
L'objectif affiché est de développer ce type de projet sur l'ensemble du territoire.

3-  Selon un rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), le secteur de l'immobilier, qui représente un tiers de la consomation mondiale d'énergie, pourrait réduire ses émissions de CO2 d'un quart d'ici 2050, en combinant entre autres: panneaux solaires, pompes à chaleur et énergie géothermique.

L'économie serait de l'ordre de 710 millions de tonnes d'équivalent pétrole dans les immeubles d'habitation, les locaux commerciaux et les édifices publics.

4- Les Français dépensent de plus en plus, notamment en recourant au crédit immobilier, pour acquérir des logements anciens, du fait d'une explosion des prix qui progressent beaucoup plus vite que leurs revenus, selon l'Insee (de 1998 à 2010, la hausse des prix des logements anciens (+141%) a été beaucoup plus rapide que celle des revenus (+43%)).