Chine, foot, et immobilier: un triptyque détonant !

Publié par Catherine Quintard le 15/12/2011 | Immobilières

Photo de l'article

L'objectif du gouvernement chinois est on ne peut plus clair : il faut coûte que coûte élever le niveau général de la Chinese Super League (première division chinoise de football) et tirer vers le haut une équipe nationale qui en a bien besoin.

Pour y arriver, le gouvernement fait passer la consigne suivante : les grandes et très riches sociétés d'Etat du secteur immobilier sont priées d'aider les clubs de football à financer les transferts.

Selon l'Equipe.fr, il est question de l'équivalent de 24 millions d'euros par entreprise "contributrice", soit une augmentation moyenne du budget de chacune des 16 équipes de l'élite de l'ordre de 15 millions d'euros.

Côté transfert, Nicolas Anelka rejoindra la Chine et le club de Shanghai à la mi-janvier. Il deviendra par la même, et surtout par ses 230 000 € brut hebdomadaires offerts par le président milliardaire du club,... le footballeur français le mieux payé au monde !

"Les stars étrangères sont clairement surpayées pour le marché actuel du football en Chine, mais le spectacle peut doper la pratique, les audiences et les revenus, avec un effet positif sur la compétitivité des clubs et de la sélection. Si ce scénario optimiste se vérifie, les dix millions d'euros annuels d'Anelka auront été bien investis !" note Frédéric Bolotny, économiste du sport.

Source: L'Equipe.fr/photo:Anelka/club de Shanghai