Japon : les gratte-ciel prouvent leur résistance exceptionnelle

Publié par Catherine Quintard le 14/03/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Le Japon est le pays où se produisent plus de 20% des séismes les plus violents enregistrés annuellement dans le monde. Malgré la violence de la secousse sismique de vendredi et la puissance de la magnitude  (8,9), tous les grands édifices de la capitale et des villes du nord-est du Japon sont restés debout.

"Les gratte-ciel de Tokyo, de Sendai et des autres métropoles japonaises frappées par le violent séisme de vendredi ont tangué pendant de longues minutes, mais ont résisté, grâce à des dispositifs parasismiques exceptionnels et des normes draconiennes de construction", nous indique Karyn POUPEE, correspondante pour l'AFP à TOKYO, et l'une des premières journalistes à être intervenue sur ces événements.

Historiquement, le Japon a été le premier pays qui, durant l'ère Meiji (1868-1912), avait inscrit la parasismologie au registre des recherches scientifiques. Le grand tremblement de terre de Tokyo de 1923, puis la tragédie de Kobe, qui a fait plus de 6.400 morts en 1995, a "accéléré la prise de conscience des autorités (...) sur l'absolue nécessité de mettre en œuvre des moyens et des dispositifs parasismiques de plus en plus sophistiqués", précise-t-elle en expliquant que "désormais montés sur vérins, sur ressorts, sur rails ou roulements à billes, trempés dans une cuve pleine d'eau, soutenus par des amortisseurs ou haubans, ou reposant sur d'imposants boudins en caoutchouc, les immeubles nippons qui défient la nature par leur hauteur, répondent à des normes draconiennes."

"Le savoir-faire entretenu en matière de fabrication et la diversité du tissu industriel japonais ont beaucoup contribué à ces progrès", rapporte M. Satoru Saito, expert au cabinet de recherche Nomura.
Exemples: les boudins de caoutchouc sont une spécialité du premier pneumaticien nippon, Bridgestone.

Tout ceci n’évite malheureusement pas la dramatique inadaptation de nombreuses maisons individuelles, en zones semi-urbaines et rurales, ainsi que l'ancienneté de nombreux bâtiments publics... 

Source AFP