La ministre de l'Outre-Mer M-L Penchard soutient la réhabilitation des squats à Nouméa

Publié par Catherine Quintard le 30/08/2011 | Immobilières

Photo de l'article

La ministre de l'Outre-Mer Marie-Luce Penchard s'est rendue lundi dans un squat près de Nouméa où elle a signé une convention avec la province Sud pour réhabiliter ces zones d'habitat spontané où vivent plus de 8.000 personnes.
"On va continuer nos programmes de construction d'immeubles, mais ce n'est pas suffisant. Nous voulons rendre plus digne la vie dans les squats", a déclaré Pierre Frogier, député UMP et président de la province sud.

Quelque 8.000 personnes vivent dans des cabanes en tôles et en bois à la périphérie de Nouméa. Venues chercher du travail dans la capitale de l'archipel, elles sont pour la plupart originaires des provinces des îles et du nord, et du territoire voisin de Wallis et Futuna.

L'opération initiée par la province Sud consiste à amener l'eau et l'électricité dans ces zones, mais aussi un réseau sanitaire, routier et le ramassage des ordures.

Dans le squat baptisé "La presqu'ile océanienne", coincé entre la mangrove et la voie express qui entre dans Nouméa, Mme Penchard a signé avec Pierre Frogier, une convention triennale, avec une contribution de l'Etat de 7 millions d'euros.

"C'est bien, pour une fois qu'on pense à nous. On préfère rester ici et avoir un jardin que d'aller dans une tour", a déclaré à l'AFP une habitante.
La réhabilitation de ce squat de 28 hectares, où sont installées mille personnes, coûtera en tout 10 millions d'euros. L'opération globale de réhabilitation de 14 zones d'habitat spontané en coûtera environ 65 millions.