Le CCE d'Air France veut se redresser grâce à l'immobilier

Publié par Catherine Quintard le 12/03/2012 | Immobilières

En prise avec des difficultés financières importantes depuis plusieurs années, le comité central d'entreprise d'Air France a décidé d'engager une partie de ses biens immobiliers dans une fiducie pour un montant de 20M€, en mettant en gage 19 centres de vacances.

Photo de l'article

Lors d'une session extraordinaire qui s’est tenue le vendredi 9 mars, les élus ont ainsi donné mandat au Secrétaire général du CCE pour aller négocier avec les banques.
"Bien qu’onéreux, ce dispositif est aujourd’hui le seul que le CCE puisse espérer obtenir de la part des banques", notent les élus CFDT au CCE dans un communiqué.

Pour information, la fiducie est un contrat permettant de transférer temporairement un droit de propriété sur un bien à un tiers, qui s'engage à le gérer et à le restituer à une échéance donnée.
Des banques vont donc prêter la moitié de la valeur estimée des biens engagés (soit près de 20 millions). Au fur et à mesure que des acquéreurs se présenteront pour acheter ces biens, le CCE récupérera les propriétés pour les vendre et rembourser les banques.

Le CCE de la compagnie a frôlé la cessation de paiements en 2010, à la suite d'un déficit cumulé d'environ 15 millions d'euros pour un budget annuel proche de 100 millions. 
Depuis, audit comptable, désignation d'un mandataire judiciaire, recherche de financement pour combler le trou de trésorerie, constitution d'un nouveau bureau rythment la vie du CCE...

"Reste à savoir si ces décisions permettront au CCE de revenir à l’équilibre et à sa vocation première en matière d’activités sociales : permettre aux agents d’Air France et à leurs enfants de partir en vacances à des tarifs attractifs et solidaires", concluent les élus CFDT.