Le Stade de France pourrait ouvrir son capital aux sportifs

Publié par Benoit Florent le 09/03/2012 | Immobilières

Le consortium du Stade de France propose d'ouvrir son capital aux sportifs, les négociations sont en cours avec la FFR (Fédération Française de Rugby).

Photo de l'article

Le consortium détenant la concession d'exploitation du Stade de France, Vinci-Bouygues, a proposé en janvier aux acteurs sportifs utilisant les installations de Saint-Denis d'entrer dans son capital, a rapporté vendredi le quotidien économique Les Echos.

Cette ouverture fait suite aux négociations menées depuis la mi-janvier entre la Fédération française de Rugby (FFR), qui n'a pas encore répondu à la proposition, et le consortium Vinci-Bouygues, selon le journal.
Le ministre des Sports, David Douillet, avait réuni la FFR et le consortium autour de la table "pour s'entendre sur la nécessité de travailler sur un nouveau modèle", a-t-il expliqué aux Echos.

La FFR projette la construction d'un stade de 80.000 places avec toit et pelouse rétractables à l'horizon 2017. Elle a de longue date fait connaître son intention de ne pas renouveler la convention, qu'elle juge trop désavantageuse, la liant au consortium du Stade de France jusqu'en 2013.
"En tout état de cause, elle (la FFR, ndlr) ne pourra pas compter sur des financements publics et elle devra obtenir les autorisations administratives", a commenté M. Douillet, cité par Les Echos.

Selon le quotidien, un nouveau projet de convention, jusqu'en 2025, a été adressé mercredi à la FFR. Le Consortium prépare en outre un projet de rénovation qui devrait être présenté fin mars au gouvernement.

L'annulation, dans des conditions controversées, du match du Tournoi des six nations France-Irlande le 11 février dernier, avait donné des munitions aux partisans de la construction du stade FFR.