Les professionnels de l'immobilier proposent une réforme de leurs métiers

Publié par Catherine Quintard le 14/09/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Objets de nombreuses critiques et confrontées à la montée en puissance des transactions sur internet, les deux principales organisations professionnelles de la transaction immobilière, la Fnaim et l'Unis, ont proposé mardi une réforme de leurs métiers régis par une loi de 1970.

Opposés à la création d'un Ordre longtemps envisagé par les pouvoirs publics, avec un pouvoir coercitif, la Fnaim et l'Unis souhaitent plutôt l'instauration d'un Conseil national des professions immobilières et l'entrée en vigueur d'un code de déontologie qui serait applicable à l'ensemble de la profession.

Pour faire appliquer la discipline, les dirigeants des agents immobiliers et administrateurs de biens plaident pour la mise en place d'une commission nationale présidée par un magistrat indépendant qui aurait le pouvoir de retirer aux fautifs la carte professionnelle nécessaire pour exercer ces métiers.

René Pallincourt et Serge Ivars, présidents respectifs de la Fnaim et d'Unis, ont en outre réclamé, lors de la conclusion des Etats généraux des professions immobilières, "un renforcement des compétences professionnelles".

Le secteur de l'intermédiation immobilière comprend 48.000 entreprises pour 170.000 emplois réalisant un chiffre d'affaires annuel de 18 milliards d'euros avec l'administration de 7 millions de lots en copropriété, la gérance de 2 millions de biens et un peu plus de 400.000 transactions de logements anciens.

Source AFP/Photo:Serge Ivars, président d'UNIS