Logement : les futurs millionnaires de Facebook prêts à dépenser des fortunes...

Publié par Catherine Quintard le 02/02/2012 | Immobilières

Photo de l'article

Avec sa prochaine entrée en Bourse, Facebook et ses futurs millionnaires suscitent les convoitises dans la Silicon Valley, notamment auprès des agents immobiliers, qui attendent les bras ouverts ces nouveaux riches prêts à dépenser des fortunes pour leur "home sweet home".

Si le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et l'équipe de la première heure devraient en être les principaux bénéficiaires, cette entrée en Bourse devrait aussi transformer en millionnaires beaucoup d'employés lambda.
Les agents immobiliers de la Silicon Valley prévoient que l'arrivée sur le marché des nouveaux millionnaires de Facebook devraient encore faire monter les prix dans une région où le billet d'entrée est déjà très élevé.
"Cela va avoir un effet très important", déclare Pierre Buljan, agent immobilier dans la Silicon Valley, qui compte parmi ses clients de jeunes responsables d'entreprises technologiques. "Je pense que ce millier de nouveaux millionnaires (de Facebook) vont devoir trouver un endroit pour vivre".

M. Buljan précise que ses clients cherchent généralement des "maisons modernes et équipées en haute-technologie. Ils n'aiment pas les choses qu'aimaient leur parents".
Ces mêmes clients paient le plus souvent leur maison cash, et optent pour des superficies allant en moyenne de 370 à près de 1.400 mètres carrés, selon la taille de la famille.

L'agent immobilier Dawn Thomas assure pour sa part avoir déjà constaté une augmentation des prix dans les quartiers entourant le siège de Facebook à Menlo Park, et que la tendance va se poursuivre.
"Vous allez avoir tous ces nouveaux millionnaires dans les rues", dit-elle.
Selon elle, les acheteurs sont "très très écolos" et recherchent des maisons bien équipées en technologie, économes en énergie et aux équipements irréprochables.

M. Buljan et Mme Thomas soulignent cependant qu'il faudra attendre plusieurs mois avant de voir le plein effet de l'entrée en Bourse de Facebook.
Car les actions du géant internet ne pourront pas s'échanger immédiatement.
Le groupe lui-même pourrait prendre des mesures pour éviter que ses employés ne se lancent dans une course à l'immobilier synonyme de flambée des prix.

M. Buljan croit savoir que Facebook a enjoint ses futurs millionnaires à prendre leur temps pour acheter leur maison, pour éviter qu'ils ne saturent le marché en renchérissant les uns sur les autres.
"Ils sont très jeunes, la vingtaine et la trentaine, et ils recoivent des sérieuses mises en garde de leurs responsables", explique M. Buljan.
C'est un bon conseil, selon Sam Hamadeh, patron de la société de recherche financière PrivCo. Il rappelle que les employés peuvent généralement vendre leurs actions 180 jours après l'entrée en Bourse de leur société.
Mais il conseille aux "nouveaux riches" de ne pas succomber à la tentation de s'endetter lourdement ni de vendre leurs actions au bout de six mois.
Selon lui, lors de précédentes entrées en Bourse, beaucoup de gens ont été ruinés pour s'être lourdement endettés avec des maisons qu'ils ne pouvaient plus payer quand le cours des actions a baissé.
Il conseille donc de vendre ses actions avec parcimonie, et de ne pas donner pour acquis que les cours vont monter indéfiniment.
 

Source: S.Rice, AFP