Prix des logements anciens: Paris continue de flamber, la province s'assagit

Publié par Catherine Quintard le 28/04/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Flambée des prix qui se poursuit à Paris, hausse à Brest, Nantes, Lyon mais baisse à Lille et Rennes: le marché des logements anciens en France est de plus en plus à deux vitesses, constatent les notaires.

"Nous devrions voir les écarts de prix se creuser entre les zones immobilières traditionnellement privilégiées comme Paris et celle économiquement moins favorisées dans lesquelles une baisse a déjà été engagée", a affirmé Pierre Bazaille, président de l'Institut notarial de l'immobilier, aujourd'hui lors d'une conférence de presse.

PARIS:

- Le cap des 8.000 euros/m2 en moyenne pour les appartements parisiens, longtemps inimaginable, sera dépassé à la fin juin.
- Les maisons en Ile-de-France ont pour leur part dépassé le cap psychologique des 300.000 euros en moyenne fin février.
Paradoxe: le nombre des transactions, malgré ces hausses, continue d'être soutenu, avec une progression, au premier trimestre, de 16% en Ile-de-France, grâce à un mois de mars très dynamique.

PROVINCE:

Plusieurs métropoles ont vu les prix des avant-contrats pour les appartements continuer de grimper pendant les trois premiers mois de l'année:
- Brest (+7% sur un trimestre à 1.527 euros/m2)
- Nantes (+3% à 2.500 euros/m2)
- Lyon (+3% à 3.102 euros/m2)
- Tours (+4% à 2.192 euros/m2)
 
Mais plusieurs enregistrent une stabilisation:
- Marseille (-1% à 2.500 euros/m2)
- Bordeaux (-1% à 2.703 euros/m2)
- Orléans (-1% à 2.117 euros/m2)

Deux villes enregistrent même des baisses significatives:
- Rennes (-3% à 2.212 euros/m2)
- Lille (-6% pour les maisons à 170.000 euros)

Source : Christian CHARCOSSEY (AFP)