Toulouse : le maire fait barrage aux opérateurs téléphoniques au Capitole

Publié par Catherine Quintard le 10/01/2012 | Immobilières

Photo de l'article

La municipalité de Toulouse fera tout pour empêcher qu'un opérateur téléphonique ou une banque ne profite de la fermeture d'une librairie indépendante pour s'installer sur la place du Capitole, l'une des plus belles de France, a dit hier son maire Pierre Cohen.
Il s'agit de veiller à ce que cette place emblématique demeure un lieu de vie, de restauration ou de culture, et ne soit pas ceinte d'enseignes tuant l'animation, a-t-il expliqué à la presse.

Comme beaucoup de Toulousains, le maire de la quatrième ville de France s'émeut de la fermeture annoncée de la grande librairie Castéla, présente depuis 1917.
Le patron de la librairie explique que l'explosion du loyer réclamé par la société propriétaire de l'immeuble rend impossible la poursuite de l'exploitation. Il invoque aussi la nécessité de travaux de mise en conformité du bâtiment.
Le maire craint que seuls des poids lourds de la téléphonie ou de la banque ne soient prêts à payer peut-être 800.000 euros de loyer annuel pour disposer de 1.800 m² stratégiquement situés.
Il redoute que, par l'effet de regroupement observé ailleurs, le Capitole se retrouve encerclé d'opérateurs téléphoniques ou d'agences bancaires.

"On fera tout pour éviter un certain nombre de commerces qui nous semblent très utiles dans la ville, mais pas obligatoirement dans ces places qui ont plutôt vocation à être des symboles d'attractivité, de rayonnement, de tourisme", a dit le maire.

Malgré le phagocytage d'une partie de l'activité commerciale par les géants de la restauration, de la distribution ou de la banque, la place du Capitole a conservé un certain nombre de brasseries ou restaurants indépendants.
 

Source AFP