UBS victime d'une fraude estimée à 2 milliards de dollars, un trader arrêté

Publié par Catherine Quintard le 16/09/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Le géant bancaire suisse UBS a révélé jeudi avoir été victime de transactions illégales, qui pourraient lui faire perdre 2 milliards de dollars, et le trader soupçonné d'être l'auteur de la fraude a été arrêté par la police à Londres.

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe dans le monde financier et le titre UBS a clôturé en chute de 10,80% à 9,75 francs suisses, dans un marché en hausse de 0,29%.
En fin de journée l'agence de notation Moody's a annoncé qu'elle envisageait de dégrader d'un cran la note de la banque, invoquant ce que l'affaire révèle des lacunes dans la gestion du risque à la banque, ce qu'elle implique pour son activité de banque d'investissement, et le coup porté à sa réputation.

Il est possible, ajoute la banque, que les comptes du troisième trimestre tombent dans le rouge en raison de cette affaire.
Autre précision de la banque, les clients ne devraient pas souffrir de cette affaire.
La direction de la banque a aussi écrit à son personnel pour lui dire que la fraude avait été découverte mercredi et que "les fondamentaux de la banque n'étaient pas menacés".
L'établissement, qui avait subi sa dernière perte au 3e trimestre 2009, pourrait enregistrer un résultat négatif de 500 millions de francs suisses au 3e trimestre 2011, a indiqué à l'AFP un analyste.

L'affaire révélée jeudi ressemble étrangement à ce qu'a vécu la banque française Société Générale en janvier 2008, lorsqu'elle avait annoncé avoir découvert des transactions hors-normes effectuées par un seul trader, Jérôme Kerviel.
La Société Générale avait liquidé les positions prises par M. Kerviel --plus de 50 milliards d'euros-- pour éviter d'être mise en faillite.
Cette affaire avait coûté à la banque française près de 5 milliards d'euros, et le PDG Daniel Bouton avait dû démissionner fin avril 2009.