Un bien immobilier devient pomme de discorde entre le Vatican et la Croatie

Publié par Catherine Quintard le 10/08/2011 | Immobilières

Photo de l'article

Le ministère croate de la Justice a annoncé ce mercredi avoir pris des mesures qui empêcheront le Vatican de restituer un couvent et un important terrain sur la côte Adriatique à une abbaye bénédictine italienne, leur ancienne propriétaire.

Le ministère a précisé dans un communiqué avoir annulé plusieurs décisions prises par les autorités locales entre 1997 et 2002 entérinant l'attribution de ces biens immobiliers, évalués par la presse croate à quelque 30 millions d'euros, à l'Eglise catholique croate.
 

Le couvent de Dajla, datant du 18e siècle, situé en Istrie, une région de l'ouest de Croatie qui fut italienne jusqu'à la Seconde guerre mondiale, est devenu récemment une pomme de discorde entre le Vatican et la très catholique Croatie qui embarrasse au plus haut point les autorités de Zagreb.
Il s'agit des biens immobiliers qui appartenaient à l'abbaye bénédictine de Praglia, dans le nord de l'Italie, et qui avaient été expropriés après la Seconde guerre mondiale par le régime du dirigeant yougoslave, Josip Broz Tito. 
  
Mais le couvent et quelque 400 hectares de terrain ont été attribués par les autorités de Croatie, indépendante depuis 1991, au diocèse local de Porec et Pula, suscitant le fort dépit de l'abbaye de Praglia.
Une commission spéciale mise en place par le pape Benoît XVI avait ordonné en décembre dernier au diocèse de Porec et Pula de céder le couvent et le terrain qui l'entourent à l'abbaye italienne.
L'évêque local croate, Ivan Milovan, s'est insurgé contre la décision de la commission du Vatican et a demandé aux autorités de Zagreb de s'impliquer dans le contentieux.

Affaire à suivre...

Photo : Couvent de Dajla