Un partenariat industriel et stratégique entre Urbania et Citya

Publié par Benoit Florent le 23/02/2012 | Immobilières

Citya Immobilier et Urbania ont annoncé mercredi matin "partenariat industriel et stratégique" entre les deux sociétés.

Photo de l'article

Les sociétés Urbania et Citya, respectivement numéro 3 et 4 du secteur de l'admnistration de biens en France, ont annoncé mercredi "un partenariat industriel et stratégique" mais qui n'entraîne aucune fusion.

Une structure associative commune, appelée Odysée, gérée à parité, va être constituée entre les deux sociétés qui gèrent, à elles deux, 600.000 lots de copropriétés comme syndics et 120.000 en gérance.   "C'est une nouvelle décapante qui va permettre de faire passer cette alliance au deuxième rang du secteur, derrière Foncia, mais devant Nexity (Gestrim et Lamy)", a déclaré Nicolas Jacquet, président exécutif d'Urbania, au cours d'une conférence de presse.   Les deux sociétés vont coopérer pour "le développement d'outils informatiques, le partage des actions de formation, le développement des outils de service aux clients et la valorisation de la médiation". En outre, elles vont étudier "de possibles coopérations en matière d'assurances, de prestations techniques et de transactions", ce dernier secteur représentant environ 10% de leur chiffre d'affaires.   Urbania, qui avait été rachetée en 2010 à la barre du tribunal de commerce de Nanterre par la société d'investissement française IPE (Investors in Private Equity) à travers Ulysse Investissements, compte 105 agences, principalement en Ile-de-France et en Rhône-Alpes, et a réalisé un chiffre d'affaires de 102 millions d'euros en 2010, dernière année connue.  

Propriété de Philippe Briand, par ailleurs député UMP d'Indre-et-Loire, Citya possède 90 cabinets, principalement dans l'ouest de la France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, et a réalisé un chiffre d'affaires de 100 millions en 2011.   Interrogé sur des prises de participation croisées au capital de chacune des deux sociétés, M. Briand a répondu qu'elles étaient "très indépendantes" pour le moment mais qu'elles avaient "des projets d'investissements communs".

Une réflexion va être menée sur la nécessité ou non d'une marque commune, a indiqué M. Jacquet.   Le président d'IPE Philippe Nguyen a déclaré pour sa part à l'AFP que "35 millions d'euros allaient être injectés dans Urbania pour une croissance interne par le biais de recours aux fonds propres, à des financements bancaires et des cessions d'activités périphériques".
M. Nguen affirme qu'il est également en train de lever des fonds auprès "de grands investisseurs institutionnels, de fonds souverains et de family offices" pour développer Urbania dans le secteur de l'admnistration de biens en Europe.