Acheter un bien immobilier

Que faut-il vérifier avant d’acheter une maison ou un appartement ?

Si le coup de cœur est indispensable lorsqu’on achète ou maison ou un appartement, il convient de vérifier un certain nombre de points avant de signer l’acte de vente définitif. En effet, vous pourrez découvrir des choses qui ne vous plaisent pas du tout, ce qui gâcherait l'achat de votre nouveau bien. Zoom sur ce qu’il faut vérifier avant d’acheter.

L’étude du marché et le prix du logement ciblé

Avant toute chose, il faut vérifier le prix que l’on vous propose à l’achat. Votre bien est-il au juste prix du marché ou est-il trop élevé ? Pour savoir si votre prix correspond au marché, il est possible d’enquêter et de demander conseil auprès d’autres agences immobilières ou d’autres propriétaires qui vendent un bien semblable dans le même quartier. Il est également possible d’interroger votre notaire qui sera à même de vous répondre.

L’état général de l’habitation

Ce que vous avez vu vous plait, mais il est réellement important de vérifier l’état général de la maison ou de l’appartement que vous souhaitez acheter. Lors de la première visite, on ne fait généralement pas attention aux petits détails. Accordez-vous une visite supplémentaire des lieux pour vérifier certains points, comme l’installation électrique, l’ensemble des placards, l’état des fenêtres, de la porte d’entrée, du garage, la propreté du logement, toutes les dépendances ou les parties communes. N’oubliez pas de vérifier la bonne marche de la chaudière ou encore celle de la cheminée. Si des travaux ont récemment été effectués, vous pouvez demander de voir les factures correspondantes.

L’importance de l’aspect du bâti

L’état du bâti et ses potentiels dommages sont bien entendu primordiaux lors d’un achat. Tout doit être inspecté, le toit (recherche de fuite), les murs (recherche de fissure ou humidité), les façades, les plafonds (recherche de moisissures), les planchers ou encore la plomberie.

Dans le cas d’un immeuble, prenez le temps de vérifier l’état des escaliers, de l’ascenseur et du local poubelle. Le sous-sol et/ou les caves vous donneront une idée de la solidité des fondations.

S’il s’agit d’une maison, il conviendra de ne pas oublier de vérifier l’état du garage et les combles pour s’assurer de la bonne santé générale de la maison. Pensez également au jardin, à la mitoyenneté, et aux éventuelles servitudes. Si vous avez un doute, il est possible de revenir visiter avec le professionnel de votre choix.

Diagnostics immobiliers et vices administratifs

Selon l’article L.271-4, du code de la construction et de l’habitation, « Lors de l’achat d’un bien immobilier, le vendeur est dans l'obligation de vous fournir un dossier technique ». Afin de coller à la réglementation, un vendeur se doit de réaliser plusieurs diagnostics qui se rejoindront dans un DDT (Dossier de Diagnostic Technique), à savoir :

  • Le diagnostic Loi Carrez,
  • Le diagnostic amiante, plomb et termites,
  • Le diagnostic gaz et électricité,
  • Le DPE (Diagnostic de Performance Energétique),
  • Le diagnostic pour assainissement non collectif,
  • Le diagnostic ESRIS (État des Servitudes Risques et d’Information sur les Sols),
  • L’information sur les mérules.

Le coût du DDT est à la charge du vendeur.

Quant aux vices administratifs et juridiques, ils concerneraient des travaux effectués par le vendeur. Cela peut s’apparenter à des travaux comme une piscine, une terrasse, un agrandissement ou une véranda effectués sans déclaration préalable. Il faudra donc ici s’assurer que tout a été fait en conformité avec la mairie et la copropriété.

L’environnement et les éventuels travaux

L’environnement est primordial lorsque l’on achète et il est obligatoire de s’y pencher. Vérifiez si les transports en commun dont vous avez besoin sont proches, si des commerces et des écoles se trouvent dans ce quartier.
Si vous achetez une maison, vous pouvez vous renseigner si des travaux ne sont pas prévus aux alentours de votre maison.
Si vous achetez un appartement, il conviendra alors de se renseigner auprès de la copropriété pour connaitre les futurs travaux déjà votés en assemblée.

Les conditions suspensives du compromis de vente

Enfin, avant la signature du compromis de vente, il faut lire attentivement les conditions suspensives. Connaitre les éventuelles causes pour lesquelles le compromis pourra être caduc, ou éventuellement, en rajouter. Une fois toutes ces vérifications faites, vous pourrez signer votre acte de vente, environ 3 mois après avoir signé le compromis de vente.