Acheter un bien immobilier

Comment acheter une maison ou un appartement ?

Véritable projet de vie, l'achat d’une maison ou d’un appartement est une étape importante. En 2018, les achats de biens immobiliers ont augmenté de 4%, et les taux d’intérêt sont bas. Néanmoins, acheter une maison ou un appartement n’est pas si simple et il est difficile de savoir comment s’y prendre. Voici quelques conseils à suivre pour devenir propriétaire.

Bien cibler sa recherche en tant que futur propriétaire

Avant de partir à la recherche d’une maison ou d’un appartement, il est conseillé de bien cibler votre recherche afin de ne visiter que les biens qui vous intéressent. N’hésitez pas à définir le bien qui vous correspondrait le mieux. Tout d’abord, souhaitez-vous acheter un appartement ou une maison ? Avez-vous envie d’un jardin, d’une terrasse ou encore d’un balcon ? Bien entendu, le nombre de pièces est important, et vous devez identifier le nombre de chambres dont vous avez besoin.

Si vous envisagez d’acheter un appartement, il sera également judicieux de se renseigner sur les charges de copropriété à l’aide du dernier bilan. Enfin, avant de vous lancer dans le grand bal des visites, n’oubliez pas de définir le ou les quartiers où vous souhaitez vivre.

L’achat d’un bien du point de vue financier

Une fois vos critères définis, un rendez-vous à la banque s’impose.
En effet, avec l’aide de votre banquier ou d’un courtier, vous devez savoir de combien vous disposez d’argent pour acheter votre maison ou votre appartement. Le banquier va analyser vos ressources, salaires, rentrées d’argent, apports financiers, et aussi vos dépenses mensuelles comme les crédits. L’étude de votre situation financière va ainsi vous permettre de constater de combien vous disposez pour acheter un bien immobilier.
Au prix de ce bien, s’ajouteront les frais d’agence qui sont généralement estimés entre 3% et 7% du prix de vente, selon les agences immobilières. Il faudra également penser à rajouter les frais de notaire qui affichent une moyenne de 8% du prix de vente du bien.
Une fois votre budget bien ficelé, vous pouvez vous renseigner sur les différentes aides qu’il est possible d’obtenir.

Les aides financières dont vous pouvez bénéficier

Parmi les aides financières les plus plébiscitées par les familles françaises, on note :

- Le Prêt à Taux Zéro (PTZ)
Le prêt à taux zéro ou prêt à taux zéro renforcé s’adresse aux primo-accédants, c’est-à-dire aux familles qui n’ont jamais été propriétaires. Le PTZ est valable pour l’achat d’un bien neuf ou d’un bien ancien avec un minimum de 25% de travaux réalisés. Le prêt à taux zéro est un prêt remboursable sans intérêt, mais le logement acheté devra impérativement être la résidence principale du propriétaire.

- Le prêt Action Logement
Le prêt Action Logement est l’ex-prêt nommé le « 1% logement ». Le prêt Action Logement est une aide de l’employeur de l’acquéreur, et ne peut financer qu’une partie de l’achat immobilier. Ici aussi, le bien acheté devra être la résidence principale de l’acheteur. Le dossier est à monter auprès de son employeur, mais il faut savoir que le prêt Action Logement n’est pas un dû.

- Le Prêt à l’Accession Sociale (PAS)
Le PAS a pour principale vocation d’aider les familles modestes à devenir propriétaires. Le PAS sera accordé par une banque ayant passé une convention avec l’État. Il peut financer l’intégralité de l’achat immobilier, soit dans le neuf ou dans l’ancien, soit pour une construction. Le logement concerné devra impérativement devenir la résidence principale de l’acquéreur, maximum 1 an après l’achat.

Le compromis de vente du logement

Lorsque vendeur et acquéreur se mettent d’accord sur le prix de vente, ils signent ce qu’on appelle un compromis de vente. Ce dernier représente un premier contrat avant la signature finale, et il se signe soit chez un notaire, soit dans votre agence immobilière.
Le compromis de vente fixe les conditions de vente, à savoir la désignation du bien, sa localisation, son prix, stipule les différents diagnostics ainsi que les conditions suspensives. À la signature de ce compromis, le futur acheteur dispose d’un délai de 10 jours pour annuler son choix, en envoyant un courrier recommandé avec accusé de réception. Le compromis de vente sera caduc si le crédit de vente n’a pas pu être accordé à l’acquéreur.

La signature finale du bien immobilier

Environ 3 mois après la signature de ce compromis de vente, le vendeur et l’acheteur se rejoignent chez le notaire afin de finaliser la vente. L’acquéreur signera son acte de propriété qui lui sera remis par le notaire. Il pourra alors repartir avec les clés de sa nouvelle maison.