Guide immobilier Location

Nos guides dans l'immobilier en location

Location meublée : avantage ou inconvénient ? Citya fait le point

Si vous souhaitez louer votre bien immobilier et que vous hésitez entre la location vide et la location meublée, cet article est fait pour vous ! La location meublée possède de nombreux avantages. Que ce soit d’un point de vue de la fiscalité, du bail, ou du montant du loyer par lui-même… Citya fait le point sur les avantages de la location meublée.

Inconvénients d’une location meublée

Commençons par parler des inconvénients de la location meublée.

En général, on recense deux principaux inconvénients :

  • le changement de locataire plus fréquent,
  • un investissement supérieur au niveau du mobilier.

La location meublée attire souvent des locataires en situation de transition. Cela peut-être un logement intermédiaire, dans l’attente de trouver une autre location, ou d’acquérir un bien immobilier (appartement ou maison).
Cela peut également concerner un saisonnier qui loue le logement seulement durant sa période de travail. Par conséquent, le changement de locataire est plus fréquent.
Cela signifie plus de démarches administratives (contrat de location, etc), et plus de temps à consacrer aux visites pour la recherche d’un nouveau locataire.

Concernant le mobilier, le logement meublé doit être intégralement équipé. Avec des meubles en bon état, et des électroménagers en état de marche. Chambre, salon, cuisine, salle de bain… Tout le logement doit être prêt à accueillir un locataire sans qu’il n’ait besoin d’acheter quoique ce soit.

Location meublée : avantages

Vous êtes propriétaire et souhaitez opter pour la location meublée ? Voici les nombreux avantages que ce type de location présente :

1- Location meublée et avantages fiscaux

L’immobilier locatif meublé est enregistré dans le régime fiscal sous le statut LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel).
Évidemment, cela ne doit pas constituer une activité principale pour le propriétaire.
Le plafond à ne pas dépasser est de 50 % des revenus du foyer fiscal, ou 23 000 € par an.
Avant de mettre un appartement en location meublée, il faut remplir le Cerfa n°11921*05 correspondant au formulaire de déclaration de début d’activité non salariée.
Ce formulaire est disponible sur le site des impôts.

Concernant la déclaration des loyers perçus, ils doivent être spécifiés dans la colonne des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).
Ceci étant dit, deux options sont possibles :

  • le régime micro-BIC : abattement fiscal forfaitaire de 50 % sur les recettes locatives (tourisme ou chambre d’hôte = 70 % d’abattement),
  • le régime réel d’imposition : imposition sur le résultat réel de l’activité de loueur de meublé non professionnel.

Le régime le plus avantageux est le régime réel d’imposition. En effet, il est possible de déduire de ses revenus fonciers le montant des charges (travaux, taxe foncière, emprunt, etc.), ainsi qu’une partie de la valeur du bien.
De plus, ceci n’a aucun impact sur la taxe sur la plus-value en cas de revente du logement.
Attention tout de même car ceci demande une grande rigueur d’un point de vue comptabilité.

2- Montant des loyers plus élevé

Un logement meublé peut être loué entre 10 et 30 % plus cher qu’un logement vide.
Cela dépend bien sûr de l’état du logement loué et des équipements proposés, mais aussi de sa localisation.

3- Bail de location moins strict

Le bail de location meublée est fixé sur une période d’un an (au lieu d’une durée du bail de trois pour une location vide). S’il s’agit d’un bail étudiant, la durée peut être réduite à 9 mois, de même pour un bail mobilité.

Le bailleur peut donc plus facilement changer le montant de son loyer, mais aussi changer de locataire et effectuer des travaux de rénovation entre deux locations.
Aussi, le dépôt de garantie peut être équivalent à deux mois de loyer (un mois en location vie), et le préavis de départ du locataire est de un mois (au lieu de trois).

Trouvez votre guide par métier