Colocation étudiante : avantages, baux, clauses

Guide immobilier Location

Tous les étudiants n’ont pas la chance d’obtenir une place dans une résidence du Crous. Nombreux sont ainsi ceux qui choisissent de loger en colocation. Cette solution économique offre de réels avantages. Mais, comment se déroule plus exactement une colocation ? Qu’en est-il du contrat de location ? Faites le point avec l'équipe de Citya Immobilier.

La colocation étudiante : en quoi consiste-t-elle ?

La colocation vise à se partager un appartement, voire une maison, entre plusieurs locataires. Un étudiant peut ainsi choisir de louer un logement avec d’autres étudiants ou toute autre personne, moyennant différentes conditions. Cela concède dans tous les cas de nombreux avantages. 



Économiser sur son loyer grâce à la colocation étudiante

Vous souhaitez intégrer une colocation étudiante ? Il s'agit avant tout d'une solution économique, car vous pouvez diviser le loyer entre tous les colocataires. Cette mutualisation est aussi valable pour les charges locatives, l'électricité, internet ou encore pour le montant de l'assurance habitation, l'électricité, internet ou encore pour le montant de l'assurance habitation.

Ce type de bail étudiant permet également de vivre dans un grand appartement à moindres coûts et à proximité de son école. Un studio n’offre pas toujours tout le confort dont l’étudiant a besoin au quotidien. Avec la colocation, il peut accéder à une chambre individuelle spacieuse, une cuisine équipée, une salle de bain moderne et pourquoi pas un salon. Le tout pour le même budget.

À noter d’ailleurs que moyennant certaines conditions, les étudiants en colocation peuvent obtenir des APL. Ils doivent toutefois adresser chacun leur propre demande d’allocations.

La colocation permet aux propriétaires de grandes surfaces de louer plus facilement leur bien, tout le monde n’ayant pas les moyens de payer le loyer proposé pour l’ensemble du bien. 

 

La colocation étudiante : une solution conviviale pour ses études

Loger en colocation permet de faire des rencontres. Cette forme de location étudiante est idéale pour ceux qui emménagent dans une nouvelle ville. Cela leur permet de se faire des amis ou de nouvelles connaissances plus rapidement.

Avec la colocation, un étudiant se sentira moins seul. Cette solution exige toutefois de s'adapter à la personnalité de tous les autres colocataires. Les habitudes de vie de chacun peuvent beaucoup varier. Mieux vaut ainsi prendre le temps d’en apprendre un peu plus sur ses futurs colocataires avant d’établir un contrat de location avec le bailleur.



Qu'en est-il du bail pour une colocation étudiante ?

La signature du bail de colocation formalise l'entente entre les étudiants colocataires et le propriétaire bailleur. Ce document doit respecter un modèle de contrat de location gratuit instauré par la loi ALUR. Le bail de colocation étudiante se distingue sur bien des points du bail d’habitation classique. Vous pouvez ici choisir entre deux types de contrats de location : le bail unique et le bail individuel.



Le bail unique

Avec un bail unique, tous les colocataires choisissent de signer un contrat unique définissant les droits et les devoirs de chacun.

Ce bail ne s'applique pas à un colocataire occupant le logement à titre gratuit. Ce dernier ne figure d'ailleurs pas dans le contrat et n'a ainsi pas à respecter les règles et obligations régissant la location de logement.

Avec un contrat de bail unique, le propriétaire bailleur peut requérir le paiement du loyer, et ce, dans son intégralité et en une fois, à n'importe lequel des cosignataires du bail. Il est toutefois possible de régulariser les loyers une fois par an ou au forfait (si le bailleur y consent).

Si le contrat est unique, la résiliation peut se faire individuellement. Un colocataire est ainsi libre de résilier son engagement auprès du bailleur sans que cela interfère sur le contrat initial. Il devra adresser son préavis auprès de ce dernier en respectant ce modèle de lettre de résiliation du bail.

Après un départ, les conditions et termes du contrat de location régissant l’entente entre les différentes parties au bail restent inchangés. Les locataires restants n’ont ainsi pas à payer le montant du loyer manquant. Le dépôt de garantie, pour sa part, ne sera reversé à chaque colocataire qu’à la fin du contrat d’engagement.



Le bail individuel

Pour une colocation étudiante (location vide ou meublée), les différents colocataires peuvent choisir de signer leur bail individuellement. Chaque contrat doit toutefois porter sur des pièces ou chambres différentes du même logement. La loi exige que pour une colocation à baux multiples, tous les colocataires jouissent d'une surface minimum de 14 m2 ou d'un volume minimum de 33 m3, en plus des pièces communes.

Chaque contrat individuel devra stipuler les noms des parties, la date de prise d’effet et la durée du contrat de location, l’usage du bien, etc. Les obligations de chaque partie sont renseignées dans une notice d’information à joindre au bail.
Le bail individuel doit en plus préciser la pièce utilisée par le signataire ou encore l'organisation quant à l'usage des pièces communes ou des équipements électroménagers. Cette section est importante, afin de prévenir les litiges éventuels résultant de la dégradation de la maison ou de l'appartement loué. 

La signature de baux multiples sous-entend que chaque locataire est tenu de payer sa part du loyer et les autres charges liées à la location immobilière.



Colocation étudiante : en quoi consiste la clause de solidarité ?

De plus en plus de propriétaires exigent l'ajout d'une clause de solidarité au bail. Elle stipule que tous les colocataires sont solidaires entre eux. Ainsi, le propriétaire d'un logement peut demander la quittance intégrale du loyer à l'un des colocataires en cas de défaut de paiement de l’un d’entre eux. Ces obligations des contrats de location relatives à la solidarité des locataires ne concernent toutefois pas les baux multiples.

Si l'un des cosignataires du bail quitte le logement, il devra continuer à payer sa part du loyer, jusqu'à 6 mois. De même, en cas d'impayé, ce dernier reste solidaire et engage par la même occasion sa caution en colocation. Pour les contrats datant d'avant 2014, soit avant la loi ALUR, l'obligation de solidarité d'un ancien colocataire s'arrête dès lors qu'un nouvel arrivant figure sur le bail. 

Il est conseillé à chaque étudiant ne souhaitant plus le renouvellement du bail de mettre un terme officiellement à son contrat une fois la durée du bail échue. Il encourt sinon la prolongation de ses obligations de solidarité à la date d’anniversaire du bail à cause d'une tacite reconduction.

Pour un bail unique, l'arrivée d'un nouveau colocataire signe la fin du contrat de location de l'ancien locataire. Un avenant au bail doit dans ce cas être rédigé pour notifier cette nouvelle arrivée. Une fois son préavis effectué, l’ancien locataire n’a plus aucune obligation envers ses anciens colocataires ou son bailleur. 

Pour bien cerner les tenants et aboutissants d’une colocation étudiante, optez pour l’accompagnement, les services de gestion locative en ligne et les conseils de Citya Immobilier. Notre équipe spécialisée dans la rédaction de bail assiste aussi bien les bailleurs que les étudiants souhaitant profiter des avantages de cette option.



Découvrez aussi :

  • le bail réel ;
  • la mise en location du logement ;
  • le droit au bail ;
  • la résiliation du bail ;
  • le contrat de location de parking ;
  • la location à titre gratuit ;
  • la location saisonnière et le bail saisonnier ;
  • le bail professionnel ;
  • le logement de fonction ;
  • définition et condition contrat de location.