Quel est le pouvoir d’achat des ménages dans l’immobilier ?

Guide immobilier Estimer

Pour pouvoir calculer le pouvoir d’achat des ménages, il faut prendre le revenu du foyer en compte. L’effet du pouvoir d’achat des français sur la consommation est flagrant ; dès qu’une crise apparaît (financière, sanitaire, économique), l’inflation prend le relai et pénalise le pouvoir d’achat. Y compris sur le prix moyen de l’immobilier. Détails sur la question.

Qu’est-ce que le pouvoir d’achat ?

Tout d’abord, que signifie ce terme ? Le pouvoir d’achat correspond au calcul de la quantité de biens et de services qu’une personne, qu’un foyer entier, peut acquérir en fonction de son(ses) revenu(s) en cours. 

Il s’agit d’un terme économique qui met en relation la consommation des ménages et leurs revenus financiers (activité, salaires, placements, allocations, prestations sociales…), après impôt. Cela permet de définir un revenu disponible brut, estimé. 
 

Plus le pouvoir d'achat est élevé, mieux le foyer peut vivre. 

Le pouvoir d’achat s’analyse sur une année et, selon les résultats, il convient de s’apercevoir que soit les revenus du ménage sont trop bas ; soit les prix des biens et des services sont trop hauts. Le pouvoir d’achat était au cœur de la dernière élection présidentielle et progresserait dans les mois à venir.
 

Le pouvoir d’achat baisse quand le prix de l’essence, le prix des produits de première nécessité, le prix des matières premières, le prix des loyers… augmentent.

Si l’évolution des revenus est en hausse par rapport à l’évolution des prix, le pouvoir d’achat est en augmentation. Et inversement, si les revenus sont en baisse et que les prix augmentent, le pouvoir d’achat subit, lui aussi, une baisse qui impacte donc les ménages français.

 

Comment est calculé le pouvoir d’achat ?

L’Insee calcule le pouvoir d’achat par unité de consommation (UC). Chaque foyer se compose d’un nombre d’UC : un adulte compte pour une unité ; chaque autre membre du foyer de plus de 14 ans compte pour une demie unité (0,5 UC) ; chaque membre de moins de 14 ans compte pour 0,3 UC.
 

Ainsi, l’Insee démontre qu’il n’est pas nécessaire de doubler voire tripler son niveau de vie à chaque nouvelle arrivée d’un membre dans la famille pour garder un niveau de vie agréable.
 

Pour pouvoir coller au plus près des dépenses d’un foyer français, l’Insee mesure aussi le pouvoir d’achat “arbitrable”. Ce calcul prend en compte la soustraction des dépenses pré-engagées comme le logement (loyer, charge), les services financiers, la communication et les technologies de l’information.

 

Le pouvoir d’achat dans l’immobilier 

La méthode de l'Insee est critiquable dans le sens où elle sous-évalue la partie immobilière et l’évolution des marchés immobiliers. Le poids des loyers est pris en compte dans l’indice des prix à la consommation (IPC) alors que les achats immobiliers, appartement ou maison, ne sont pas pris en compte dans le pouvoir d’achat car ils sont catégorisés d’investissement. L’IPC a un usage économique.
 

Le prix d’achat a augmenté au fil des années, plus vite que le prix des loyers. Pour l’Insee, l’indice des prix à la consommation porte seulement sur la consommation (et non sur l’achat immobilier).

Les loyers, les charges (eau, électricité, gaz..), l’entretien et la réparation… constituent une consommation de service (un logement en échange d’une somme). 
 

Les achats de logement constituent un investissement, une épargne et accroissent le patrimoine immobilier du foyer, même si un crédit, à rembourser mensuellement, est souvent caché derrière. Les remboursements de prêt, les crédits à la conso également, ne sont pas pris en compte dans le calcul du pouvoir d’achat. 

Pourtant, le pouvoir d’achat pour un locataire touchant le même salaire qu’un propriétaire n’est pas du tout pareil.

 

Les prix des loyers et des biens immobiliers 

Le prix immobilier à Paris est bien supérieur à la moyenne nationale : le prix moyen d’un appartement au mètre carré est de 32€ pour de la location ; et de 11 074€ pour un achat. Si les revenus du foyer ne suivent pas, il n’est pas possible d’acquérir un appartement ou une maison dans la capitale en voyant ces derniers chiffres. 
 

La tendance du marché immobilier n’est pas toujours à la baisse.

Pour trouver des prix bas en immobilier, il faudra alors s’éloigner de la capitale et des très grandes villes.
 

La location en France, dans une ville moyenne comme Orléans, Angoulême, Carcassonne, sera bien moins onéreuse que dans une très grande ville, comme Lyon ou Strasbourg. Il convient de trouver un loyer ou un crédit adapté à ses revenus pour garder un pouvoir d’achat intéressant et un mode de vie agréable au quotidien, dans une petite comme dans une grande ville. Il est possible d’avoir un aperçu de la carte des prix de l’immobilier en France, sur notre site.
 

La dynamique des prix de l’immobilier (et donc l’augmentation des prix des loyers d’appartements et de maisons) pèse énormément sur le budget des foyers français. 
 

Cette dynamique rentre en ligne de compte uniquement pour les locations malheureusement, uniquement pour le paiement d'un loyer, et non pour les achats (crédit, emprunt, paiement comptant). Alors que l'immobilier en France reste une grosse part du budget, il est difficile de le mettre de côté quand on parle de pouvoir d’achat.

 

Plus d'informations :